Fabriqué par l’entreprise israélienne Sol-logic, Nevers est la première à planter en son sein un eTree ou arbre solaire. Paris en avait installé un sur le parvis de l’Hôtel de ville lors de la Cop21 mais de manière temporaire, à l’instar de Nevers qui vise via ce projet à sensibiliser la population à l’environnement.

Un arbre solaire pour soutenir l’innovation écologique

Avec un patrimoine historique important du médiéval au contemporain, la ville de Nevers, affiliée au réseau national des villes d’art et d’histoire, est la 3ème plus importante ville de Bourgogne, avec une agglomération de 60176 habitants, et une aire urbaine de plus de 100 000 habitants. Ce mois de mars, la ville accueille un mobilier urbain original et surtout inédit : un arbre solaire, ou « eTree », un arbre connecté doté de feuilles photovoltaïques afin de capter l’énergie solaire. C’est la place Carnot qui doit arborer cette oeuvre, qui a vocation à couvrir de nombreux usages : tablette incorporée pour se connecter à internet et échanger avec d’autres eTree dans le monde, éclairage nocturne, ou encore brumisateur d’eau en été, le petit arbre artificiel a de quoi séduire par ses différents services. Il permet aussi d’être utilisé pour recharger les téléphones mobiles ou encore les vélos électriques. De façon plus large, l’appareil offre un point d’accès énergétique aux riverains, qui peuvent librement recharger leurs appareils via la production d’énergie verte de l’arbre solaire. Voitures électriques et scooters peuvent donc se brancher à son tronc dès lors que des prises adaptées entrent en ligne de compte. De ce fait, l’arbre ou les arbres visent à produire un réseau de production d’énergie et d’électricité autonome dans les villes, et notamment dans les lieux où il y a beaucoup de fréquentation.

Un arbre solaire écologique en dépenses

L’expérience de l’eTree aura été pour Nevers un coup gagnant puisque le partenariat « de confiance » avec la société qui la fabrique valorise respectivement une image et un savoir-faire à moindre frais, alors que l’arbre solaire comprend un coût initial de 50 000 euros. Une opération presque blanche pour la ville donc, qui expérimente cette innovation en guise de pilote. La genèse du projet a pris racine en Israël, via les rencontres effectuées en septembre 2016 par Nevers Agglo, dont celle de Bernard Bitan, le cofondateur de l’eTree. Pour la valorisation du mobilier urbain en question, c’est un partenariat effectué avec JCDecaux qui émerge, et c’est la place Carnot qui a donc été choisie pour son emplacement stratégique, tant d’un point de vue fréquentation que sécurité : en effet, une caméra de vidéosurveillance proche de l’arbre vise à limiter autant que possible les risques de vandalisme. Si on considère le manque de points de recharge au global quant aux véhicules électriques, et le fait de ne pas avoir donc de coûts en sus pour des installations spéciales sachant que cet arbre peut tout faire, cette innovation préfigure largement ce qu’il sera du mobilier de demain. En tous les cas, la ville de Nevers est la première ville française à accueillir ce couteau suisse énergétique associé à de la décoration urbaine courant mars, derrière New-York et Dubaï qui l’ont déjà adopté.

Ecrit par Ecorenove