Plébiscitée par les différents acteurs des énergies renouvelables, l’autoconsommation d’électricité a enfin trouvé son écoute avec la mise en place d’un nouveau cadre légal qui va donner un réel coup de fouet au processus de la transition énergétique. Le solaire photovoltaïque devrait ainsi pouvoir accélérer son développement. Enfin, les particuliers pourront consommer directement l’électricité qu’ils produisent (démarche d’autoconsommation donc).

De nouvelles opportunités avec les énergies renouvelables

La transition énergétique à la maison ? C’est ce que, après un vote de l’Assemblée nationale et son adoption consécutive par le Sénat, va bientôt permettre un projet de loi ayant pour but de doper le développement de l’autoconsommation d’électricité. Le projet concerne tout aussi bien les particuliers que les entreprises, qui pourront aussi utiliser en propre leur énergie au lieu de la vendre sur le réseau de distribution. Adopté le 15 février, le texte prévoit des mesures qui vont à la fois faciliter ces dispositifs et ce notamment quant aux conditions de raccordement au réseau, mais aussi les encadrer. En effet, une tarification d’usage des réseaux publics de distribution d’électricité sera mise en place de façon spécifique pour tous ceux qui passeront par l’autoconsommation. Un régime fiscal spécifique sera également instauré, comprenant notamment l’exonération de la CSPE (contribution au service public de l’électricité), étant donné la réduction significative que ces opérations (individuelles ou collectives) pourront engendrer en coûts d’utilisation des réseaux.

L’autoconsommation collective en ligne de mire

Le développement de l’autoconsommation collective est aussi un leitmotiv du SER (Syndicat des énergies renouvelables) qui, s’il est enchanté de la mise en place de cette loi, pense qu’il faut « aller plus loin » (Xavier Daval, Président de SER-SOLER). L’autoconsommation concernerait à date près de 5000 français à peine : la loi devrait générer de belles perspectives de développement pour ce dispositif, sachant que différents fournisseurs d’énergies composent déjà avec celui ci comme « My Power » d’Engie et « Mon soleil & moi d’EDF », et que différents acteurs engagés de taille moyenne comme , Comwatt, Enercoop ou Ekwateur commencent à s’y investir de plus en plus. L’autoconsommation, et son développement notamment, signent celui de l’énergie digitale et en réseau, sachant que différentes initiatives en terme de projets collectifs sont en cours (exemple d’autoconsommation collective avec la métropole Perpignan Méditerranée et le conseil départemental des Pyrénées-Orientales, via la blockchain). Différentes perspectives sont donc ouvertes et notamment tout ce qui est lié à la mesure ou gestion digitale de l’autoconsommation, via différentes typologies potentielles d’applications. La loi devrait être assez rapidement promulguée afin de faire entrer en vigueur ces dispositions visant à donner un nouvel élan à la transition énergétique. En tous les cas une future longue vie semble se dresser pour l’autoconsommation d’électricité.

Ecrit par Ecorenove