La promotion de l’énergie renouvelable, notamment du solaire, constitue une réponse pour l’atteinte des objectifs de développement durable. La promulgation de la loi relative à la transition énergétique en août 2015 confirme la volonté de la France d’apporter sa contribution dans la lutte contre le changement climatique. Les producteurs ont deux options : vendre l’énergie produite ou la consommer pour couvrir leurs propres besoins. L’autoconsommation de l’énergie ainsi produite a-t-elle de l’avenir ?

 Etats des lieux sur l’autoconsommation en France

Jusqu’à ce jour, seule l’exploitation du photovoltaïque permet d’obtenir de l’énergie pour sa propre consommation. La production peut être utilisée par les ménages pour assurer leurs besoins en électricité. Les autres entités comme les industriels ou les collectivités sont également concernés par l’autoconsommation. Le résultat d’un sondage avance que 88% des Français souhaitent couvrir leur besoin en électricité avec le courant qu’ils produisent. Toutefois, ce constat ne reflète pas la réalité.
En effet, la filière photovoltaïque ne cesse d’être en recul depuis ces dernières années. Le constat est sans appel avec la perte au niveau national de 42% des emplois entre 2010 et 2013. La principale cause est l’absence de mesure incitative de la part du gouvernement. Aussi, l’autoconsommation des Français ne représente qu’un faible taux de la production : 1 à 2% au maximum. Elle constitue pourtant un facteur pour avancer vers la transition énergétique.
La balle est du côté des producteurs de tous niveaux qui vont apporter la réponse dans le futur. Le résultat dépend de la concrétisation de leurs actions pour améliorer notre empreinte écologique.

Contraintes et solutions vers la transition énergétique

La filière du photovoltaïque français a un caractère spécifique, d’où la difficulté de promouvoir l’autoconsommation. La principale contrainte est le faible prix de l’électricité vendue dans le réseau traditionnel par rapport au coût de rachat par EDF. Il est ainsi plus rentable pour le ménage de vendre sa production. Les autres freins sont la difficulté de coordonner la production avec la consommation et la centralisation excessive du réseau d’énergie. Et pourtant, l’autoconsommation a ses avantages : autonomie énergétique, absence de facture mensuelle, utilisation à long terme.
La loi sur la transition énergétique représente une opportunité pour développer la filière énergie alternative, notamment le photovoltaïque. Elle offre un cadre régulateur pour inciter l’autoconsommation au niveau des producteurs : ménages, sociétés, collectivités territoriales… Elle propose des mesures de soutien à savoir la prime au kWh consommée et le net metering. Cette dernière disposition consiste à attribuer un crédit pour chaque production de kWh en sus de la consommation.

Ecrit par Ecorenove