Les pratiques d’autoproduction et d’autoconsommation sont actuellement très peu encadrées par la loi, pour le pire et pour le meilleur. La situation est cependant sur le point de changer, suite à un rapport du Ministère de l’Environnement de 2014, appelant à une clarification législative et réglementaire, ainsi qu’à la loi de transition énergétique de 2015, prévoyant l’encadrement par le gouvernement du régime d’autoproduction et d’autoconsommation afin de le développer.
L’autoproduction se développe grâce à l’essor des énergies renouvelables, notamment avec le solaire et l’éolien, mais est à l’origine de plusieurs enjeux pour le système électrique.

Autoproduction, de quoi parle-t-on ?autoconsommation autoproduction schéma

L’autoproduction d’électricité désigne la production d’électricité effectuée par une entité (personne physique ou morale) qui produit une partie de l’énergie qu’elle consomme et est raccordée au réseau public.
En effet, l’autoproduction n’est pas synonyme d’indépendance énergétique : les installations renouvelables ne permettent pas de produire de l’électricité en continu, et donc de couvrir toute la consommation d’un site, notamment lors des périodes de pointe. Aussi, le site devra toujours être raccordé au réseau électrique traditionnel, soit pour se fournir en énergie, soit pour y injecter celle produite en excédent.
Si l’autoproduction électrique reste encore peu développée à l’échelle française, ce n’est pas le cas dans d’autres pays, notamment européens. En Allemagne, en Italie ou encore en Espagne, elle fait notamment l’objet d’aides publiques. En Allemagne par exemple, dont le parc photovoltaïque représente à lui seul 32% du parc photovoltaïque mondial, on estimait en 2014 que 8% de la consommation totale d’électricité provenait de l’autoproduction. L’autoproduction via les panneaux solaires chez les foyers allemands a d’ailleurs doublé entre 2011 et 2012.
Enfin, attention à ne pas confondre autoconsommation et autoproduction : l’autoconsommation peut être définie comme le fait de consommer tout ou partie de l’énergie que l’on produit, et l’autoproduction comme le fait de produire tout ou partie de l’énergie que l’on consomme.

Les défis de l’autoproductionautoproduction electrique schéma

L’Union Française d’Electricité a mis en évidence trois enjeux clés liés au développement de l’autoproduction.

  1. Améliorer l’insertion de la production décentralisée sur le réseau : historiquement, les réseaux de distribution ont été dimensionnés par les contraintes de soutirage, et rarement d’injection. Le réseau électrique doit donc s’adapter à cette nouvelle configuration.
  2. Assurer une juste participation des autoproducteurs au financement des services rendus par le réseau et une rémunération des services qu’ils rendent au réseau. En effet, le raccordement leur assure une tension et une fréquence stable, une alimentation électrique continue ainsi que la possibilité d’injecter de leur production électrique excédentaire.
  3. Répondre aux besoins croissants de prévisibilité : les acteurs doivent pouvoir estimer à l’avance pour chaque instant la contribution des différents moyens de production et augmenter ou diminuer en temps réel la contribution de ces moyens.
Ecrit par Ecorenove