Dans le cadre de la transition énergétique, l’énergie éolienne occupe une place importante : en tant qu’énergie renouvelable, son utilisation contribue à notre avancée vers le développement durable. Au titre de l’année 2015, elle totalise ainsi une puissance mondiale installée de 432.4 GW, soit une hausse de 17%.

L’éolien constitue une énergie propre et compétitive pour la diversification du bouquet énergétique, utile pour améliorer notre contribution à la lutte contre le changement climatique.

Bilan au niveau mondial : une filière éolienne en plein essor

En 2015, les investissements représentent un montant colossal de 27 milliards d’euros, soit le double de l’année 2014. Parmi les pays producteurs de cette énergie renouvelable, l’Allemagne se trouve en tête avec 45 GW, suivi par l’Espagne, le Royaume-Uni et la France. En termes de projets réalisés, l’Allemagne reste le champion.

La performance de la Chine mérite d’être soulignée avec la fourniture de 70% d’énergie éolienne par rapport à la production mondiale. Le développement de la filière diminue son empreinte écologique avec la fermeture d’un million de mines. En termes de consommation responsable, le Danemark figure au top du classement avec 43 % de ses dépenses en énergie.

Bilan et perspectives en France : un objectif de 50% en 2020

La France se situe en 4ème position avec la production de 10 GW. Le record de projets se trouve en Franche-Comté : 45 installations éoliennes. Grâce à la production de 9 500 MW, elle se trouve à mi-parcours de son objectif à l’horizon 2020. Durant ces 15 dernières années, la production éolienne a ainsi permis d’alimenter 6 millions de foyers et la création d’1 million d’entreprises.

L’électricité éolienne représente 4% de la consommation énergétique propre. Champagne-Ardenne détient le record en abritant 25% de la consommation nationale, un acte significatif en faveur de l’écologie. Au niveau de la balance commerciale, la filière éolienne rapporte 600 millions d’euros. Son utilisation a permis d’éviter l’émission de 8 millions de tonnes de CO2/an, un un impact environnemental appréciable.

Cas de l’off-shore : un secteur d’avenir encore sous-exploité

L’utilisation de l’énergie marine ne représente que 0.03% des énergies renouvelables. Pour le cas de l’éolienne en mer, l’Allemagne produit 75% de la puissance pour l’Europe en 2015 soit l’équivalent de 3.1 GW. A cause de nombreuses contraintes dont la non-compétitivité du coût, la filière française a connu un faible développement.

Les ¾ de la surface de globe sont couvertes par la mer et les océans. Pour sa part, la France possède 11 millions de kilomètres carrés de surface marine. Dans le cadre du développement de l’off-shore, elle prévoit en la construction d’une usine pour la fabrication de pales en 2017, un geste appréciable en faveur de l’écologie. L’objectif en 2020 est de produire 6 GW d’électricité éolienne.

Ecrit par MonkeyMedias