La biomasse est l’une des plus importantes sources d’énergie, à l’origine de 65% de la production actuelle d’énergies renouvelables. Principalement issue de bois-énergie et de biocarburants, la part du biogaz est encore anecdotique mais a un fort potentiel. En effet, considéré comme la forme renouvelable du gaz naturel, qui est lui d’origine fossile, la loi de Transition Énergétique veut le valoriser : 1500 méthaniseurs doivent ainsi être développés d’ici trois ans pour produire du biogaz à partir de déchets agricoles. L’objectif : accroître la production d’énergies renouvelables et réduire notre coût énergétique ainsi que le volume de nos déchets.

Plus d’énergie et moins de déchets

schema production biogaz biomasseLe biogaz est obtenu suite à la fermentation, plus précisément à la méthanisation, de matières organiques en l’absence d’oxygène. Il est produit à partir de différentes sources, parmi lesquelles, notamment, les déchets de l’industrie agro-alimentaire et agricoles, du lisier ou encore les boues de stations d’épuration. Ce gaz est combustible, permettant ainsi de produire de la chaleur, de l’électricité ou du biocarburant.
Comme les autres sources d’énergies renouvelables, le biogaz contribue à créer des emplois locaux et à l’indépendance énergétique. Mais ils possèdent bien d’autres avantages !
D’une part, suite à la méthanisation, on obtient, en plus du biogaz, un résidu solide, le digestat, qu’il est ensuite possible d’utiliser comme fertilisant pour l’agriculture si celui-ci est traité. De plus, la production de biogaz est indépendante de facteurs climatiques, comme la durée d’ensoleillement, contrairement à d’autres sources d’énergies renouvelables.
Le biogaz représente par ailleurs un vrai progrès pour le recyclage des déchets : aujourd’hui, en France, 150 millions de tonnes de déjections animales et de déchets agricoles sont produits chaque année. S’ils étaient utilisés pour la production de biogaz, ils pourraient fournir entre 3 à 5% des besoins énergétiques du pays. La méthanisation a également un bilan environnemental plus favorable que les autres traitements des déchets, comme le compostage ou la mise en décharge.
Enfin, la valorisation énergétique du biogaz, sous forme de chaleur et d’électricité, permet de limiter les effets sur le dérèglement climatique, notamment car la durée de stockage des déchets est réduite. Quand l’on sait que l’agriculture est à l’origine de 17,8% des émissions de gaz à effet de serre, on comprend l’enjeu que représente le biogaz pour la gestion de ces déchets !

Le biogaz dans la transition énergétique

digestat biogaz recyclage dechetDans le cadre de la loi sur la Transition Énergétique, l’objectif de 1000 méthaniseurs en France en 2020 a été fixé. Cependant, on en avait seulement 160, dédiées aux déchets agricoles, en 2014… qui permettaient déjà de fournir l’équivalent de la consommation en chaleur et en électricité de 35000 foyers.
Pourquoi le biogaz a-t-il été si peu développé ? Si les coûts d’installation sont élevés, les économies d’échelle sont tout à fait possible, par exemple en regroupant plusieurs exploitations agricoles (plutôt que chacune ait son centre de méthanisation) ou en mettant en place des installations collectives, qui traitent plusieurs types de déchets.
Il faut cependant noter la présence de deux inconvénients résultants de la production de biogaz : d’une part, tous les déchets ne peuvent pas être exploités, certains pouvant produire de l’ammoniac ou de l’hydrogène sulfuré pendant le processus de transformation s’ils sont trop pollués. D’autre part, la matière organique, si elle est totalement utilisée pour la production de biogaz, n’est alors plus disponible pour régénérer l’humus du sol.

Ecrit par Ecorenove