À Paris, la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques bat son plein. L’économie d’énergie et l’énergie renouvelable sont au cœur de ce rendez-vous. À cette occasion, l’ONG Next 10 publie un rapport classant les 50 plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de la planète en fonction de leur performance énergétique.

De ce rapport, ressortent deux informations de premier plan : une bonne nouvelle et un bon élève…

2015 : l’année du découplage de la croissance économique et de la consommation énergétique

Rapport Green Innovation IndexC’est le résultat tant attendu. Certaines grandes économies (majoritairement européenne) réussissent le pari de retrouver la croissance sans pour autant consommer plus.

Le rapport Green Innovation Index de Next 10 se base sur le PBI, les émissions de GES, la productivité énergétique, les investissements en énergies propres ou encore la production d’énergie renouvelable pour arriver à ces conclusions.

La politique de l’Union européenne d’incitation à la diversification énergétique en misant sur l’aérothermie ou l’énergie photovoltaïque permet pour la première fois à découpler croissance et consommation énergétique. Les chiffres sont éloquents :

Sur 2014, l’UE a diminué ses émissions de carbone par habitant de 17 % tout en augmentant le PIB par personne de 36 %.

 

Le palmarès énergétique de l’Union Européenne

L’Union européenne s’illustre dans sa globalité.

  • Nº1  dans la production d’énergie renouvelable.
  • Nº2 en ventes mondiales de véhicules électriques sur 2014.
  • Nº1 en IPO de technologie propre sur 2014.
  • Nº1 en brevets dans l’éolien.
  • Nº2 en brevets de technologie propre (11000 enregistrés sur 2014).

… Et dans son individualité :

La France, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Allemagne se classe dans le top 10 des pays à la plus faible intensité carbonique et les plus productifs du monde.

Une politique de transition énergétique qui paiera

Pour 2030 l’Europe a une volonté de réduire les émissions de carbones de 40 à 44% sur son territoire :

  • de 54 à 68% dans le domaine de l’Électricité,
  • de 34 à 40% dans l’Industrie
  • de 0 à 9% dans le Transport
  • de 37 à 53% dans les résidences et le tertiaires
  • de 40 à 44% dans l’Agriculture

Pour 2050 leur objectif monte jusqu’à 79 à 82% au sein de toute l’Europe :

  • de 93 à 99% dans le domaine de l’Électricité,
  • de 83 à 87% dans l’Industrie
  • de 54 à 67% dans le Transport
  • de 88 à 91% dans les résidences et le tertiaires
  • de 42 à 49% dans l’Agriculture

 

Stratégie à Faible intensité de Carbonne 2050

Ecrit par Ecorenove