Les îles forment un bassin de premier choix pour la production d’énergies renouvelables : aussi, ce sont elles qui sont à l’origine d’un nouveau projet gargantuesque pour alimenter toute l’Europe en énergies renouvelables, à travers une île artificielle.

Combler les lacunes des pays européens dans la production d’énergies renouvelables

Porté par les Pays-Bas, le Danemark, et l’Allemagne, le projet d’île artificielle, en pleine mer du Nord, devrait prochainement voir le jour. Ce poste stratégique vise à permettre l’alimentation des différents pays d’Europe en électricité, avec une production dédiée entièrement aux énergies renouvelables. Le projet, au nom porteur « North Sea Wind Power Hub », est un signal manifeste de la croissance des besoins énergétiques des pays européens, ainsi que des enjeux environnementaux de notre ère. Aussi, la surface de cette île de 6km2, à mi-chemin entre le Danemark et la Grande-Bretagne, sera plantée sur le banc de sable Dogger Bank, qui dispose d’une exposition optimale pour le vent : 7000 éoliennes offshore encercleront l’île, dont le sol sera également entièrement recouvert de panneaux solaires. L’objectif est d’arriver à produire une consommation équivalente à près de 100 millions de personnes danoises, allemandes, belges, norvégiennes, néerlandaises et britanniques. Aussi, l’immensité du dispositif doit permettre de générer jusque 100 000 mégawatts. Après différents projets sur des îles autonomes en énergies renouvelables comme El Hierro (Canaries), les îles de Molène, Ouessant et Sein (Finistère), ou encore Samsø (Danemark), c’est le premier projet d’île artificielle de ce type.

Une île artificielle pour se donner les moyens d’accélérer la transition énergétique

Le projet implique une organisation et des points de relais très importants : aussi, les différents pays d’Europe impliqués dans le projet seront reliés à l’île artificielle via des câbles sous-marins. Si le coût de mise en place est aussi gargantuesque, les responsables du projet misent surtout sur une réduction du prix de revient de l’énergie produite, qui devra être sans restriction de consommation et plus facile à exploiter que le nucléaire et les autres énergies fossiles. Les milliards d’euros inhérents à ce projet d’île artificielle constituent une dépense qui doit être supportée solidairement par les 3 pays à l’origine du projet : le Danemark, l’Allemagne et les Pays-Bas. D’ici à ce que cette île soit opérationnelle, vers 2035, l’idée est d’inspirer les voisins et autres pays du monde pour accélérer la transition énergétique nécessaire à la planète. Et pourquoi pas, inspirer la France ? Chez Ecorenove, nous soutenons pleinement les nouvelles initiatives pour favoriser avec force la transition énergétique.

Ecrit par Ecorenove