Le 10 septembre, l’Agence NAtionale de l’Habitat (ANAH) en collaboration avec le Comité de pilotage des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) met en place de nouveaux projets énergétiques. Répondant à une obligation émanant de la loi de transition énergétique, ces mesures visent les ménages français en situation de précarité. L’objectif : rénover 50 000 logements en 2016 et en 2017.

Adapter les subventions énergétiques aux revenus des ménages.

precarite-energetique-ecorenoveCe programme a pour objectif d’habiter et de vivre mieux. Depuis 2005, « Primes Énergie » a mis en place l’offre pollueur/payeur ayant pour but de compenser les émissions de gaz à effet de serre produites par les plus grands consommateurs, par le biais des particuliers en les incitant à réaliser des économies d’énergie.

Cependant 80 % des français réfléchissent beaucoup plus à l’aspect financier. Car ces changements nécessite un investissement et si celui-ci n’est pas rentabiliser, l’intérêt écologique ne suffit pas pour les foyers français. C’est pourquoi « Primes Énergie » s’engage à susciter l’intérêt et la motivation des ménages afin de les inciter à se tourner vers un avenir plus vert grâce à une prime de rénovation énergétique attribuer en fonction des revenus annuels des ménages.

L’offre CCE précarité, « habiter mieux » pour tous !

Le ministère de l’écologie propose d’imposer une obligation d’économie d’énergie spécifique qui reviendra aux ménage en situation de précarité énergétique. Cette obligation bénéficiera à certains ménages et en deviendra valorisante pour les secteurs résidentiels. Cependant l’offre des CEE dans le cadre d' »habiter mieux » vise une catégorie de ménage : seulement ceux ayant un revenu fiscal inférieur à 24 094 € en Ile de France et 18 332 € dans les autres régions, pourront en bénéficier c’est-à-dire 4 5% des foyers français et ceci à compter du 1er janvier 2016.

primes-energie-renovation

Ecrit par Ecorenove