En 2015, le parc photovoltaïque français a dépassé les objectifs prévus pour… 2020 !

La PPI (Programmation pluriannuelle des investissements) prévoyait ainsi un objectif de 5,4 GW de puissance photovoltaïque installée. En effet, le commissariat général au développement durable (CGEDD) a publié le bilan des énergies renouvelables au premier semestre de 2015 indiquant que les 6000 MW ont été franchis. Une fois n’est pas coutume, le gouvernement a pu fièrement annoncer cette bonne surprise et revoir ses objectifs à la hausse. Doit-on voir cela comme un manque d’ambition de départ ou comme un véritable engouement pour le photovoltaïque ?

Le gouvernement rehausse les objectifs du photovoltaïque

Cette annonce est une bonne nouvelle pour le secteur des professionnels qui est aujourd’hui en difficulté et attendaient de pied ferme ces nouvelles mesures.

Vers un nouvel objectif photovoltaïque à 8.000 MW

objectifs-consommation-energie-loiroyalSégolène Royale, la ministre de l’écologie à d’ores et déjà fait adopter un arrêté, publié au journal officielle, faisant passer l’objectif de 2020 de 5400 mégawatts à 8000.

L’occasion de rappeler que l’objectif principal ( le taux de 23% de la part d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique française), n’est lui, pas encore atteint…

Vers un doublement des appels d’offre

Le ministère indique sur ce point qu’en cohérence avec cette dynamique d’accélération du déploiement de capacités solaires, le gouvernement a annoncé cet été le doublement des deux appels d’offre pour les installations PV de moyenne et grande puissance qui avaient été lancés par Ségolène Royal en mars 2015 et novembre 2014 et qui sont portés respectivement de 120 MW à 240 MW et de 400 MW à 800 MW ».

Des ambitions jugées encore trop faibles pour les professionnels du photovoltaïque

Ces mesures favoriseront l’atteinte de ces fameux 23% en 2020 et de 40% en 2030.

Cependant, les organisations professionnelles comme le SER (syndicat des énergies renouvelables) ou Enerplan estiment que ces mesures sont encore trop faibles.

Selon Jean-Louis Bal, président du SER, « la filière photovoltaïque, aujourd’hui en proie à de graves difficultés, faute d’un marché intérieur suffisant, cette annonce (…) redonne des perspectives de marché à l’ensemble des acteurs. Nous attendons désormais une programmation pluriannuelle de l’énergie ambitieuse. Cette filière est en pleine croissance dans le monde et entrainera certainement une baisse des coûts de production véritablement spectaculaire ».

groupement-francais-ser-soler

Des objectifs encore trop faibles pour peser dans la balance énergétique française

La production solaire ne représente aujourd’hui qu’1,3% de la consommation annuelle française.

Même si la part de la production d’électricité renouvelable dans la consommation intérieure brute s’approche aujourd’hui des 20 % ( 16,4% en 2011), c’est encore bien faible pour assurer la transition énergétique française, et européenne !

Cette mécanique pourrait cependant s’accentuer si le prix des composants des installations photovoltaïques continue de baisser.

C’est en tout cas une bonne nouvelle pour la France, à trois mois de la COP21 de Paris. Pour information, le gouvernement a relevé de 48% les objectifs issus du grenelle de l’environnement…

Ecrit par Ecorenove