Plus écologique et durable : c’est ainsi qu’est envisagé l’avenir de l’aéronautique au cours de l’édition 2015 du salon du Bourget. Airbus et Boing, notamment, ont insisté sur leur volonté d’améliorer la performance énergétique de leurs appareils. Développer l’usage des biocarburants, de l’électrique et du solaire, utiliser des matériaux composites… Différentes solutions innovantes sont envisagées pour plus d’économies d’énergie.

concept-avion-membrane-transparente

50% de rejet de CO2 en moins en 2050

Alors que le trafic aérien ne cesse de progresser d’année en année, l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) s’engage à réduire de moitié son émission de C02 d’ici 2050. Une prise de position qui s’inscrit clairement dans la lutte contre le réchauffement climatique : il s’agit d’ailleurs du seul secteur industriel à défendre des objectifs écologiques aussi ambitieux. Pour y parvenir, une forte mobilisation est nécessaire, et les constructeurs aéronautiques l’ont bien compris. Chez Airbus par exemple, 70% du budget Recherche et Développement est ainsi consacré à la réduction des dépenses énergétiques.

avion bourget 2015

Des avions optimisés pour les économies d’énergie

De nombreuses innovations techniques sont réalisées afin de réduire la consommation énergétique des appareils : nouveaux moteurs, équipements allégés… Parmi elles, le développement des matériaux composites est un enjeu important, l’un des modèles de Boing en étant désormais composé à 50%. Le constructeur aéronautique Embraer, numéro 3 mondial, a annoncé quant à lui la sortie d’une nouvelle gamme d’avions jusqu’à 24% plus économe en carburant.
Dans le cadre de leur stratégie environnementale, les industriels travaillent également pour trouver au kérosène, leur carburant de prédilection jusque-là, des alternatives moins polluantes.

De nouvelles sources d’énergie

Les regards se tournent beaucoup du côté des biocarburants. Même si leur histoire n’en est qu’à ses débuts, Boing a déjà annoncé le premier vol d’un avion fonctionnant à hauteur de 15% au « diesel vert », tandis qu’Air France exploite déjà un dérivé de canne à sucre pour l’une de ses lignes.
Le lancement de Solar Impulse ravive également les espoirs de voir naître des appareils de ligne ou commerciaux fonctionnant entièrement à l’énergie solaire. Une réalité difficilement envisageable d’ici 2050, contrairement aux avions électriques : Airbus a ainsi réussi la démonstration pendant le salon du Bourget du vol d’un petit avion électrique de 3 places, et a annoncé qu’il espérait parvenir d’ici une vingtaine d’années à un avion de ligne 100% électrique.

Ecrit par Ecorenove