La pré-Cop s’est déroulée du 8 novembre  au 10 novembre 2015, soit 21 jours avant la COP21, conférence climat de l’ONU. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et président de la COP 21 a tenu à préciser lors du discours d’ouverture les objectifs environnementaux concernant le réchauffement climatique et les risques naturels encouru pour chaque pays du globe.

La “pré-cop”, préparation d’un enjeux climatique de taille

L’objectif principal est la baisse des gaz à effet de serre. De 1880 à aujourd’hui, celle-ci est estimée à 40% de hausse. Ces chiffres alarmant nécessite de cibler au mieux les objectifs et d’atteindre le plus rapidement un accord qui permettra d’atteindre une solution environnementale fiable et équitable.

La pré-cop fédère

paris2015-COP21-preCOPLors de cette réunion “ministerielle informelle”, 70 états étaient représentés ( dont 60 ministres).
C’est essentiellement les pays émettant le plus important pourcentage de gaz à effet de serre qui ont assistés à la “pré-cop”, comme par exemple les Etats-Unis, le Canada, l’Afrique du Sud, l’Inde, la Chine, la Russie, l’Union européenne ainsi que d’autres territoires du Golfe.

Cependant, nous avons pu compter parmi ces acteurs, des pays en voie de développement tel que le Niger ou le Cambodge, nations sensibles au dérèglement climatique.

Une pré-conférence nécessaire

Mais pourquoi une pré-conférence à la conférence ? Pour mieux cerner les objectifs en matière de lutte contre la pollution et préserver l’environnement. La préparation de la COP 21 semble tirer les leçons  des écueils des précédentes conférences comme celle de Kyoto, qui a mis en place les « quotas de pollution », un compromis inefficace voir contre-productif réchauffement climatique.

Les projets soumis lors de la pré-cop

Les sujets essentiels de cette conférence

preCOP-COP21-paris2015Cette préparation à la COP21 a traité de trois sujets cruciaux :

  • Ambition : établir un accord sur le fondement de la COP21, trouver un compromis universel pour maintenir la température globale en-dessous de 2 degrés celsius.
  • L’équité : prendre en compte la capacité de chaque pays à prendre en considération sur les démarches environnementales et leur moyens financiers.
  • Les actions concrètes à mettre en oeuvre d’ici 2020 qui sont indispensables et qui seront évoquées lors de la COP21 telles que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la mise en place d’équipement écologique et durable.

8 projets déjà adoptés lors de la pré-cop

  • Renforcer la résilience des zones humides au Pérou
  • Efficacité énergétique et obligations vertes en Amérique latine et dans les Caraïbes.

3 en Afrique :

  • Renforcer la résilience des écosystèmes et des communautés au Sénégal ;
  • Amplifier l’utilisation des systèmes d’information climatique et d’alerte au Malawi ;
  • Le fond KawiSafi dont béneficiera l’Afrique de l’Est, qui permettra une amélioration du territoire (infrastructures, accès à l’eau, projets écologique.

3 en Asie :

  • Soutenir les collectivités vulnérable (pénuries d’eau causé par les dérèglements climatique
  • Gérer l’approvisionnement en eau dans les milieux urbains ainsi que la gestion des eaux usées dans les îles Fdji.
  • Intégration d’infrastructures climatiques résilientes au Bangladesh.
Ecrit par Ecorenove