Les énergies renouvelables tendent aujourd’hui à devenir moins chères que l’électricité d’origine nucléaire ou fossile ; un écart qui se réduit d’autant plus dès que l’on prend en compte les externalités négatives causées par cette dernière : importantes émissions de CO2, déchets radioactifs, épuisement des ressources naturelles… Pourtant, quelques irréductibles continuent de vouloir freiner la transition énergétique en entretenant plusieurs mythes autour des énergies vertes.

Les énergies renouvelables sont insuffisantes et ne sont pas fiables

smart_gridCertes, les panneaux solaires ne sont pas alimentés la nuit, et les éoliennes ne tournent pas toujours. Est-ce une raison suffisante pour en déduire que les énergies renouvelables ne peuvent pas satisfaire nos besoins énergétiques ?
Il apparaît que la réponse est non : d’une part, la transition énergétique ne sera effective que si l’on s’appuie sur la complémentarité des énergies renouvelables. La France, notamment, bénéficie d’un large bouquet énergétique. Elle a en effet la chance de pouvoir s’appuyer à la fois sur les énergies solaires, éoliennes, hydrauliques ou encore géothermiques.
De plus, même si l’énergie se stocke encore mal, cela est néanmoins possible. L’électricité peut être conservée quand elle est produite en excédent, pour être utilisée plus tard en cas de besoin. Des solutions ont été trouvées et se développent : l’énergie peut ainsi être stockée grâce à des batteries, ou encore sous forme de gaz ou d’air comprimé !
Enfin, pour améliorer l’efficacité des énergies renouvelables, et leur permettre de satisfaire notre consommation énergétique, la gestion de la demande est à prendre en compte. Il s’agit là de pouvoir adapter en temps réel la production et la consommation énergétique, pour atteindre une situation d’équilibre.

Les énergies renouvelables sont en réalité nocives pour l’environnement

emission gaz effet serre energie renouvelableParmi les arguments retenus contre les énergies renouvelables, il se dit que celles-ci seraient une source non-négligeable de gaz à effet de serre, augmentant ainsi leur impact environnemental. Or, cette idée peut être facilement démontée.
En effet, si les énergies renouvelables produisent bien des gaz à effet de serre, leur importance doit être considérablement relativisée. Contrairement aux processus d’extraction et d’exploitation des énergies fossiles, les énergies renouvelables génèrent des quantités de CO2 bien inférieures. Par exemple, l’énergie photovoltaïque génère environ 57g de CO2 par kWh en moyenne, contre 400 à 800 pour l’électricité d’origine fossile. Par ailleurs, son taux de retour énergétique, c’est-à-dire le temps nécessaire à une installation photovoltaïque pour produire plus d’énergie qu’elle en a requis pour sa fabrication, est de seulement 2 à 3 ans.

Retrouvez ici notre deuxième volet sur les idées reçues sur les énergies renouvelables.

Ecrit par Ecorenove