La transition énergétique amorcée par la France ne se cantonne pas au photovoltaïque ou à l’économie d’énergie. La Bretagne s’apprête à devenir le bastion français de l’énergie marine. Plusieurs sites et projets sont en cours de réalisation comme à Lorient et surtout Brest.


2 sites bretons au cœur du projet énergétique

Brest : 220 millions ont en effet été débloqué pour créer une extension du port de Brest sur 50 Hectares. Le but est d’accueillir des entreprises spécialisées dans l’énergie marine. La région, propriétaire du site, doit prochainement donner son aval et aux vues du calendrier proposé, le site devrait voir le jour dans 4 ans. C’est par la création d’un nouveau quai et l’aménagement du vaste polder près du port de commerce que des espaces seront dédié pour les futures usines. L’amarrage des bateaux et le transport des éoliennes offshore et hydroliennes seront facilités.
Lorient : L’ancienne base sous-marine de la ville devient le bastion du nautisme. 4 bâtiments de 1500m², 200 entreprises et 800 salariés travaillent autour des équipes. Nouveaux matériaux, gain de vitesse et économie d’énergie, les perspectives d’innovations sont larges.

Des projets énergétiques de grande ampleur


SABELLA : la société Sabella vient de monter la première hydrolienne immergée dans le Fromveur. Atteignant 17 mètres de hauteur et pesant 450 tonnes, l’hydrolienne de Sabella a une puissance de 1 MW. « À moyen terme, souligne Jean-François Daviau, c’est à Brest que nous construirons l’usine d’assemblage des hydroliennes, mais pas avant deux à trois ans. », a indiqué Jean François Daviau, PDG de Sabella.
Le chantier naval DCNS, avec ses 2 200 salariés, est un acteur majeur du port de commerce. Il assemble deux hydroliennes de 16 mètres de diamètre commandées par EDF, qui seront immergées au cours des prochains mois au large de l’île de Bréhat .
Depuis trois ans, DCNS concentre à Brest l’ensemble de son pole de recherche dédiée aux énergies marines tablant sur « un chiffre d’affaires annuel, d’ici à 2025, de 1 milliard d’euros dans les énergies marines renouvelables.

Ecrit par Ecorenove